Comment gérer vos locations courte durée avec le coronavirus ?

La crise sanitaire du coronavirus, et le confinement qui en a suivi, ont mis à mal l’activité de location courte durée.

En effet, avec les restrictions de déplacement, de nombreuses personnes ont annulé leur séjour. Les investisseurs qui pratiquent la location courte durée ont vu leur activité chuter d’environ 80%.

Dans ces conditions, comment gérer la crise du coronavirus, et préparer l’après ?

La location courte durée continue pendant la crise du coronavirus !

Contrairement à une idée reçue, l’activité n’est pas au point mort, malgré la situation exceptionnelle !

En effet, il y a toujours des personnes qui ont besoin de se déplacer, dans les conditions de dérogation prévues par la loi :

  • Professionnels en déplacement pour maintenir l’activité de l’entreprise.
  • Particuliers ayant besoin de se déplacer pour des raisons familiales impérieuses.
  • Ou encore des personnes qui choisissent de se confiner seules dans un appartement, pour éviter tout risque de contamination envers les membres de leur foyer.

Il est donc impératif de laisser votre calendrier de réservations ouvert, afin de ne laisser passer aucune opportunité !

Enfin, vous avez également la possibilité de mettre votre logement à disposition du personnel soignant, de façon totalement bénévole.

Gérer les charges : demandez le report de prêt à votre banque !

Bien sûr, même si l’activité de location courte durée est encore présente pendant la crise du coronavirus, elle est tout de même fortement réduite.

Pendant ce temps, vos charges continuent de tomber. Pour la plupart des investisseurs, c’est la mensualité de prêt qui représente la charge la plus importante.

Je vous conseille de prendre les devants, et de contacter votre banque, afin de demander un report d’échéances.

Le principe est le suivant : pendant une durée de 3 à 12 mois, la banque peut reporter l’intégralité (ou une partie) de vos mensualités de prêt. Cela vous permettra de respirer, le temps que l’activité reprenne un cours plus habituel.

La plupart des contrats de prêts intègrent ce report dans les conditions générales. Je vous conseille de ressortir les documents de prêts, et de les relire avec attention. Dans ce cas, vous n’avez aucune justification à fournir.

Si votre contrat ne le prévoit pas, ou si vous en avez déjà bénéficié, tout n’est pas perdu pour autant. Devant la situation inédite, la plupart des banques ont mis en place la possibilité de reporter vos échéances. Le but est de vous aider à passer la crise.

Ma recommandation est donc la suivante : dans tous les cas, contactez votre banque, et faites le point avec elle sur ce qu’il est possible de faire.

La clé de la sérénité : le fonds de sécurité

La clé qui vous permettra de traverser une crise, comme celle du coronavirus, pour votre location courte durée, est de disposer d’un fonds de sécurité.

Il s’agit d’une épargne, immédiatement disponible, qui représente entre six et douze mois de charges.

Bien sûr, ce n’est pas en période de crise qu’il faut se préoccuper de mettre ce système en place. C’est lorsque les temps sont prospères, et que l’activité fonctionne normalement, que vous devez prendre cette habitude.

C’est véritablement une notion de base en investissement, et plus généralement dans les finances personnelles.

Autant je vous recommande d’investir sans apport, afin de faire jouer l’effet de levier au maximum, autant j’ai toujours fortement déconseillé d’investir sans épargne. Cela fait partie des erreurs qui peuvent vous ruiner.

Quelles sont les perspectives pour l’après-crise ?

Je suis convaincu que l’activité de location courte durée va repartir de plus belle lorsque nous serons sortis de la crise du coronavirus.

Cependant, les choses auront changé par rapport à l’avant :

  • Certains investisseurs vont basculer en location longue durée, pour parer immédiatement au problème. C’est pour cette raison qu’un investissement doit, avant tout, être rentable à l’année. La location courte durée n’est qu’un accélérateur.
  • D’autres vont carrément revendre. C’est malheureux, mais c’est la réalité. Les crises sont toujours une période pendant laquelle l’argent change de mains, les richesses sont transférées.

C’est pour cette raison que vous devez toujours respecter les fondamentaux, notamment en termes de chiffres. Beaucoup de personnes s’en affranchissent, en pensant que les crises n’arrivent pas tous les jours, ou qu’une telle situation ne risque pas de se présenter à eux.

Malheureusement, lorsque cela arrive, les conséquences sont terribles. Nous le voyons bien, en ce moment.

Si vous avez su adopter une approche professionnelle, alors vous avez de quoi tenir quelques mois, le temps de laisser passer la tempête. Ensuite, vous ressortirez plus fort de cette crise. Il y aura nettement moins de concurrence, et votre activité repartira de plus belle !

C’est toujours dans les périodes de crises que les meilleures opportunités se créent. Soyez prêt !

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

    "Coronavirus et location courte durée : comment gérer ?"

    • Rey

      Bonjour Julien,

      STP, le fondS avec avec un S…:)

      • Julien Loboda

        Bonjour Jean Pierre,
        Effectivement, je devais avoir l’esprit ailleurs en rédigeant ce passage !
        Merci pour la correction, c’est réglé 🙂

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.