impayés de loyers

Impayés de loyers : quelles solutions ?

Investir dans l’immobilier locatif pour se créer des revenus complémentaires est une excellente idée. Cela vous permet de vous enrichir tout en vous créant une nouvelle source de revenus.

Seulement voilà, on en parle peu sur internet, mais il arrive parfois que les locataires ne paient plus leur loyer. Forcément, c’est nettement moins vendeur et glamour que l’idée d’avoir des revenus passifs qui tombent à vie. Pourtant, cela peut arriver. Je vous rassure, cela reste marginal (3% des loyers). Cependant, lorsque ça nous arrive, on se sent rapidement désemparé et seul face à cette situation.

Dans cette vidéo, j’ai le plaisir d’interviewer Claire, qui est diplômée en droit et qui occupe la fonction de clerc d’huissier de justice. Elle est également l’auteur du blog Recouvrement Facile et elle partage avec nous les solutions qui existent lorsqu’on se retrouve confronté à un problème d’impayé.

Quelle est la proportion des loyers impayés ?

Les loyers impayés sont souvent fortement mis en avant par les médias, mais ils ne représentent que 3% des loyers. Il y a aujourd’hui moins d’impayés qu’il y a quelques années, puisqu’on est passé de 5% à 3%.

En zone urbaine sensible, toutefois, on reste à 5% des loyers.

Il y a un fait intéressant à noter: les loyers impayés ont tendance à baisser au bout de 7 à 8 ans.

Quelles sont les principales raisons de ces impayés ?

Il y aura toujours des personnes qui connaissent les ficelles de l’expulsion et qui seront de mauvaise foi.

Cela dit, la grande majorité des impayés est due à un accident de la vie: maladie, accident, chômage, séparation.

La première chose à faire, dans ce genre de situation, est de chercher à comprendre les raisons qui poussent votre locataire à ne pas payer son loyer.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment exploiter une location meublée ?

Que faire si vous faites face à un impayé ?

Tout d’abord, il faut commencer par essayer de voir ce qui pourrait débloquer la situation.

Il ne faut pas non plus hésiter à téléphoner, faire un SMS de relance ou bien à se rendre sur place.

Le principal est de faire un état des lieux de la situation.

Si, malgré tout, le locataire reste en place et ne paie pas, il faut entamer la procédure d’expulsion.

Le locataire a deux mois pour se mettre à jour. S’il règle, le bail ne sera pas résilié. S’il ne paie pas et/ou recommande, vous refaites un commandement de payer, et vous pouvez aller au tribunal. Le locataire ne respecte pas son obligation de payer.

Une fois que l’expulsion est prononcée, le locataire est tenu de payer les loyers en retard et les indemnités d’occupation jusqu’à l’expulsion factuelle.

Combien de temps dure une procédure d’expulsion et combien coûte-t-elle ?

Une procédure d’expulsion dure généralement entre un an et deux ans.

Une expulsion ne peut pas avoir lieu pendant la trêve hivernale, qui dure du 1er Novembre au 31 Mars. Elle se fait forcément avec l’aide de la police.

Son coût est compris entre 1000 et 2500 euros.

Si le locataire laisse ses meubles sur place, il dispose d’un mois pour venir les chercher, après l’expulsion.

Peut-on se faire justice soi-même ?

Absolument pas !

Même si cela est frustrant et complètement déséquilibré, en faveur des locataires, il ne faut pas chercher à se faire justice soi-même en tant que propriétaire. Cela peut se retourner contre vous, les locataires peuvent demander des dommages et intérêts.

Et vous, avez-vous déjà eu à faire à un impayé de loyers ? Si oui, comment avez-vous géré la chose ? Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger librement et gratuitement mon livre ci-dessous.

 

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    20
    Partages
  • 20
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires