interdire location saisonnière

La copropriété peut-elle interdire la location saisonnière ?

Les copropriétaires ne voient pas toujours d’un très bon oeil le fait de pratiquer la location saisonnière dans votre appartement.

Ont-ils pour autant le droit de vous interdire la location saisonnière ? Peuvent-ils vous imposer d’arrêter votre activité ?

Dans cette vidéo, je démonte certaines idées reçues et je vous explique dans quel cas vous pouvez ne pas avoir le droit de faire de la location saisonnière.

Les locataires organisent des soirées bruyantes

C’est le premier argument avancé. Pourtant, à bien y regarder, la location saisonnière n’entraine pas plus de désagréments de ce type que la location classique.

La majorité de la clientèle est là pour affaires. Je peux vous assurer qu’après une journée de travail, les clients n’ont qu’une seule envie: celle de se reposer. Si jamais il leur prend l’envie de faire la fête, ils préfèreront certainement sortir.

L’autre partie des clients voyage dans un but touristique. Là encore, après une journée passée à visiter, il y a fort à parier que vos clients souhaitent se reposer. Ensuite, pour ceux qui voudraient quand même faire la fête, je pense qu’ils auront plutôt envie de découvrir les bars et restaurants locaux.

Il reste donc une petite partie qui a des connaissances sur place et qui peut être tentée de les inviter pour faire la fête dans un appartement loué pour quelques nuits. Vous pouvez les éviter en interdisant les soirées et en regardant les commentaires, avant d’accepter leur demande.

Vous pouvez totalement rencontrer le même problème avec un locataire à l’année.

Je risque de me faire cambrioler

Avec autant de personnes différentes qui circulent, le risque de cambriolage est souvent mis en avant. C’est vrai qu’il est bien connu que les personnes qui viennent séjourner chez vous sont là pour cambrioler l’immeuble.

Les nuisances sonores

Portes qui claquent, bruits de valises ou encore discussions, je ne compte plus le nombre de désagréments invoqués par les copropriétaires.

En réalité, ce sont souvent les personnes qui ont tendance à se plaindre du moindre petit problème, qui vont vous embêter avec la location saisonnière.

LA seule clause qui vous interdit la location saisonnière

La seule clause qui vous interdit la location saisonnière, c’est lorsque la mention « usage d’habitation bourgeoise exclusive » est mentionnée dans la destination des appartements. Si c’est le cas, passez votre chemin et cherchez un autre logement.

Si les professions libérables sont autorisées, alors on ne peut pas vous interdire la location saisonnière (même si l’habitation bourgeoise exclusive est mentionnée). En effet, on va considérer que ce sont deux activités similaires en termes de nuisances et de contraintes.

S’il est juste précisé « habitation » ou « habitation bourgeoise », sans notion d’exclusivité, alors vous pouvez y aller.

Le règlement de copropriété peut-il être changé ?

Oui, il peut tout à fait être changé pour que la clause d’habitation bourgeoise exclusive soit mentionnée. Mais pour que ce soit le cas, il faut l’accord de l’unanimité des propriétaires lors de l’assemblée générale.

Donc, mon conseil est le suivant: assistez aux assemblées générales !

Est-ce que vous avez déjà été embêté par des copropriétaires avec votre location saisonnière ? Si oui, comment avez-vous solutionné le problème ? N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires ci-dessous. Pour en savoir plus sur la location meublée et sa fiscalité sans impôts, vous pouvez télécharger librement et gratuitement mon livre ci-dessous.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

18 Commentaires

  • Pierre

    Répondre Réponses 20 janvier 2018

    Hello,

    oui j’ai eu un souci…
    mais pas de clause bourgeoise dans le règlement de copro, et il y avait déjà des activités libérales dans l’immeuble

    Donc pas de soucis…
    mais les échanges ont été chauds quand même !

    • Julien Loboda

      Répondre Réponses 20 janvier 2018

      Salut Pierre,

      Ça ne m’étonne pas, les copropriétaires n’aiment pas trop le changement…

      Mais si t’as le règlement de ton côté, c’est tout bon !

  • Didier

    Répondre Réponses 21 janvier 2018

    Merci Julien pour ce nouvel article. Ton dernier conseil est important. Dans une assemblée générale, des décisions importantes qui peuvent impacter fortement le porte-monaie, sont prises. Le conseil est même de rencontrer d’autres propriétaires avant pour savoir ceux qui seront présents. Le cas échéant, ne pas hésiter à prendre des procurations pour augmenter votre poids.

  • SEVERINE FRAUD

    Répondre Réponses 22 janvier 2018

    toujours aussi clair et efficace tes vidéos julien
    bien que je sois en train de vendre mon appartement j’arrive tout de même à louer mon appartement en saisonnier et comme tu dis c’est jamais parfait maintenant ça commence à « ronchonner « du coté des copropriétaires du fait que les locataires changent régulièrement !

    je m’attend à une assemblée générale encore houleuse mais grâce à tes arguments je vais les faire taire !
    il ferais mieux de se préoccuper de l’entretien de la copro ou le sujet est large !

    merci bon courage
    severine

    • Julien Loboda

      Répondre Réponses 22 janvier 2018

      En effet Séverine, je remarque souvent que pour râler contre les propriétaires ils sont forts mais quand il faut mettre la main au portefeuille pour entretenir la copropriété, il n’y a plus grand monde !

  • Nicolas

    Répondre Réponses 7 juin 2018

    Salut
    Je vais acheter un appartement en rdc qui représente 2 lots de coproprietes, avec 2 entrées
    Je souhaiterai faire 7 studios mais pas les revendre seulement pour patrimoine
    Bien sûr le règlement de copropriété
    Interdit les garnis et location meublé
    Mais il autorise les professions libérales
    D’ailleurs un des lots était considéré comme bureau et nous avons obtenu le changement de destination de la part de la copro
    J’ai fais aussi noté dans le compromis la fréquentation actuelle qui est de 50 personnes jours
    Qu’en penses Tu?
    Merci

    • Julien Loboda

      Répondre Réponses 7 juin 2018

      Salut Nicolas,
      Difficile de répondre à ta question, la personne la plus calée serait ton notaire.
      Cependant je pense, de mon expérience, que si les professions libérales sont autorisées, alors tu peux faire de la location courte durée. Mais si la location meublée est interdite, tu ne peux pas faire de location meublée à l’année (= usage d’habitation).

  • Thom

    Répondre Réponses 11 janvier 2019

    Salut Julien.
    Merci pour ton article très bien développé.
    Si j’ai bien compris, si dans mon réglement de copro il est écrit :
    « Ils ne pourront être occupés que bourgeoisement par des personnes de bonne vie et moeurs, à l’exclusion de tous commerces de locations meublée; toutefois une pièce par appartement pourra faire l’objet, conformément aux lois en vigueur, d’une telle location; Les professions libérales seront admises[…]. Les professions artisanales pourront être exercées à condition de ne pas nuire […] »

    Il n’y a aucun soucis pour la location saisonnière ? Puis-je y faire une colocation ?

    Merci encore,
    Bisouuuu

    • Julien Loboda

      Répondre Réponses 11 janvier 2019

      Salut,

      Vérifie bien auprès du syndic, car il est quand même précisé noir sur blanc « à l’exclusion de tous commerces de locations meublée », et il semblerait que la juriprudence soit beaucoup moins tolérante depuis 2018.

      Ne prend pas le risque, et valide bien ce point.

      Julien

      • Thom

        Répondre Réponses 30 mars 2019

        Salut !

        Pour faire suite à cette histoire : j’en ai parlé à mon notaire et à mon avocat qui m’ont dit d’y aller.. C’est préciser les COMMERCES de locations meublées sont interdites, hors c’est une activité civiles (lmnp) donc pas de soucis.

  • WINE

    Répondre Réponses 29 mars 2019

    Bonjour Julien,
    Je me suis réjoui, mais trop tôt je pense… Dans le règlement de copro qui date de 1990 il n’y a pas de clause mentionnant « bourgeoise exclusive » et les professions libérales sont autorisés. MAIS plus bas, le paragraphe « Locations » mentionne: La transformation des appartement en chambres meublées pour être loués à des personnes différentes est interdite, mais les location en meublé, par appartement entier, sont autorisées. »
    Est-ce que c’est un No-Go définitif? Je comprends de ça, que mon projet de louer cet appartement T3 en location courte durée aux touristes et parlementaires – on va dire… foutu?
    Merci pour votre réponse… je vais à l’AG de copro, mais le cœur lourd…

    • Julien Loboda

      Répondre Réponses 29 mars 2019

      Non, au contraire. C’est le fait de louer séparément chaque chambre qui est interdit.

  • Thomas

    Répondre Réponses 30 mars 2019

    Bonjour

    j’ai beau chercher sur internet je trouve de tout…j’aurais espérer que tu puisses me conseiller sur quoi faire, qui contacter…peut être.
    C’est mon premier investissement.

    > ce qui me gène c’est que le règlement stipule que l’appartement ne peut être loué en meublé
    > mais il est possible de faire d’avoir des professions libérales
    > on parle d’habitation bourgeoise mais pas exclusive

    Peux-tu me dire si ce règlement m’empêche de faire de la location AIRBNB ? Ou si tu t’engagerai sur un AIRBNB sur cet appartement ?
    Même si je voulais faire du meublé simple, est ce que la clause « location meublée interdite » me l’empêche ?

    Merci de ton aide.

    Voici ce que dit le règlement :

    Chacun des copropriétaires en ce qui concerne le ou les appartements et caves lui appartenant exclusivement, aura le droit d’en jouir et disposer comme de chose lui appartenant en toute propriété, a la condition de ne pas nuire aux droits des propriétaires. des autres appartements et de ne rien faire qui puisse compromettre la solidité de la maison et sous les resserves ci-après formulées :
    Il pourra modifier comme bon lui semblera la distribution de son appartement,mais sans pouvoir toucher aux choses communes en s’assurant également du point de vue administratif que ces modifications ne peuvent nuire aux autres propriétaires de l’immeuble.

    Les propriétaires devront habiter ou donner a bail bourgeoisement et non autrement les locaux dont ils seront propriétaires et en jouir en bon pere de famille.
    En conséquence, les appartements ne pourront être occupes que par des personnes de bonne vie et mœurs.

    La location de plus d’une piece en meubles est interdite.

    Est également interdite la division d’un appartement.

    Il ne pourra être exercé dans l’immeuble aucun cours de musique ou de chant ni aucune profession qui produirait pour le voisins des bruits, odeurs ou troubles quelconque ou qui choquerait les bonnes mœurs de façon que les dits locaux conservent toujours leur destination d’habitation bourgeoise.

    II pourra être exerce dans l’immeuble une profession de la nature de celles dites libérales et bureaux de représentation commerciale à la condition, d’une façon générale qu’il ne soit fait usage par qui que ce soit d’aucun procédé ou d’aucune substance susceptible d’apporter des procédures matériels aux personnes et aux choses.

    Les médecins ayant la spécialité de soigner des maladies contagieuses ne seront pas acceptés dans l’immeuble.

    Dans le cas ou l’une des professions ci-dessus autorisée serait exercée dans l’immeuble, une simple plaque de marbre ou de cuivre de trente centimètres sur vingt-cinq centimètres au maximum pourra être placée prés de la porte d’entrée de l’immeuble pour indiquer la profession exercée et des panonceaux au-dessus de la porte, s’il s’agit d’une étude de notaire, avoué ou huissier

    • Julien Loboda

      Répondre Réponses 30 mars 2019

      Pour moi la réponse est claire : puisqu’il est écrit que la location de plus d’une pièce en meublé est interdite, cela signifie que tu ne peux pas louer l’appartement en meublé, que ce soit en longue durée ou courte durée.
      Si tu veux être certain, demande directement au syndic leur avis, et recoupe-le avec celui de ton notaire.

  • Pierre

    Répondre Réponses 6 août 2019

    Bonjour Julien,

    Je loue en meublé dans une appartement. A la suite de nuisances de locataires, des voisins ont dû se plaindre au syndic.
    Le syndic m’a écrit pour me faire part de la plainte du voisinage et a ajouté que selon des voisins, mon appartement serait loué en meublé. Il m’a demandé de me justifier.
    Une clause du règlement précise que la location totale ou partielle en meublé est interdite.
    Une autre clause précise que les professions libérales (médecins, chirurgiens dentistes, avocats…) pourront cependant être librement exercées dans les appartements à condition toutefois de ne pas comporter une gêne quelconque pour les autres copropriétaires. Des bureaux d’affaires ou des bureaux de représentation commerciale sans entrepôt ni vente sur place de marchandises pourront être établis dans les étages, mais après autorisation spéciale donnée par le conseil syndical.
    il n’est donc pas question d’utilisation bourgeoise exclusive et il y a manifestement contradiction, puisque d’un côté on interdit la location meublée, et de l’autre on autorise les professions libérales.
    Que peut le syndic contre moi?
    J’ai présenté mes excuses pour les nuisances, mais le syndic me demande de répondre clairement au sujet de la location meublée. De plus, il me réclame maintenant une copie du bail. En a-t-il le droit?
    Merci
    Pierre

    • Julien Loboda

      Répondre Réponses 6 août 2019

      Bonjour Pierre,

      Si les locations meublées sont interdites, alors la question ne se pose pas : la location de courte durée est bien une location meublée.

      Effectivement, on pourrait argumenter sur les professions libérales, mais sous réserve de ne pas gêner les autres copropriétaires, ce qui n’est visiblement pas le cas ici. Depuis que j’ai tourné cette vidéo, il y a eu quelques jurisprudences en faveur des propriétaires, argumentant que la location courte durée et les professions libérales ne généraient pas exactement les mêmes nuisances.

      Dans votre cas, je pense que le plus simple est de tenter une négociation avec le syndic, et de vous mettre les autres copropriétaires dans la poche.

  • Pierre

    Répondre Réponses 6 août 2019

    Bonsoir Julien,

    Merci pour cette réponse.
    Je précise que pour cet appartement, la location courte durée n’est qu’une activité annexe qui sert à boucher les trous entre 2 colocations.
    L’activité essentielle est la colocation. Peut-elle engendrer le même rejet que la location courte durée?
    je pense plutôt mettre en avant cette pratique qui s’apparente davantage à de la location classique.
    Peux-tu me donner ton opinion?
    Merci
    Pierre

    • Julien Loboda

      Répondre Réponses 7 août 2019

      Oui, tu peux préciser que cette activité était occasionnelle et expliquer pourquoi, je trouve que c’est une bonne idée.

Laisser un commentaire

* Champs obligatoires